L’UDC suisse ne veut plus entendre parler du moindre accord avec l’Allemagne, sur quelque sujet que ce soit.

Dans un communiqué publié mardi, le parti ne mâche pas ses mots: «Il est évident que les Länder fédéraux allemands dirigés par les socialistes pratiquent du recel. Parallèlement, l’économie suisse se fait grossièrement insulter par ces incendiaires politiques. […] L’UDC invite donc le Conseil fédéral à adopter enfin une attitude ferme. En particulier, la Suisse doit renoncer à conclure de nouveaux traités d’Etat avec l’Allemagne aussi longtemps que des autorités allemandes de gauche achètent des données bancaires volées et violent ainsi les principes élémentaires de l’Etat de droit.»

L’UDC demande en substance au Conseil fédéral de suspendre les négociations en cours en vue d’un accord sur la circulation aérienne. Pour les démocrates du centre, «la politique extérieure menée actuellement par la Suisse donne une image pitoyable du Conseil fédéral.» Une charge qui vise au premier chef les négociations sur un impôt libératoire avec l’Allemagne.