Il faut planifier et construire «immédiatement» de nouvelles centrales nucléaires. C’est ce qu’exige l’UDC dans une résolution adoptée à une très nette majorité samedi à Stans, lors d’une assemblée consacrée à l’approvisionnement électrique.

L’électricité «est le sang de notre économie», a soutenu le président de l’UDC Toni Brunner devant plusieurs centaines de délégués. L’objectif des cinq mesures de la résolution est «d’éviter une pénurie» et d’assurer «un approvisionnement sûr, indépendant, avantageux et ménageant l’environnement».

Et il faut faire vite, souligne l’UDC. Si les sociétés de production électrique ne font pas avancer les projets de nouvelles centrales, «le Conseil fédéral et le parlement doivent veiller à faire construire ces équipements».

Prix modéré pour tous

L’UDC exige aussi que l’électricité soit vendue «à un prix modéré pour tous». Le parti rejette toutes les taxes et redevances qui renchérissent la production, stipule la résolution qui servira de base pour un papier politique plus détaillé, a annoncé M. Brunner.

Ensuite, il faut développer la production électrique indigène, pour ne pas dépendre de l’étranger, et aménager un réseau électrique performant. Les procédures d’autorisation doivent être simplifiées et accélérées.

Le parti veut encore préserver la composition actuelle de la production (55% hydraulique et 40% nucléaire). Dernier point, l’UDC s’oppose à un soutien public supplémentaire pour les énergies renouvelables (solaire, éolienne et biomasse).