Le Conseil national a entamé ce lundi 16 septembre l’un des plus importants débats de la législature, celui concernant l’initiative de l’UDC visant à résilier l’accord sur la libre circulation des personnes avec l’Union européenne (UE). Plus de 80 orateurs se sont inscrits pour s’affronter sur un dossier sur lequel se joue l’avenir de la relation bilatérale avec le principal partenaire économique de la Suisse. La dénonciation de cet accord pourrait entraîner la fin des accords bilatéraux I, liés par une clause guillotine.

Lire aussi notre éditorial: L’Europe, l’UDC et le néant helvétique