Les Suisses devraient se prononcer en juin 2023 sur la future imposition des grandes entreprises internationales, qui découle directement des nouveaux standards de prélèvements décidés par l’OCDE. Un calendrier qui contraint le parlement à aplanir les fronts et éliminer ses divergences durant la session de décembre, s’il veut respecter les délais convenus par les membres de l’OCDE.