Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Ueli Maurer pendant le congrès de ,l'UDC, Les Bugnenets, 23 juin 2018.
© Patrick Huerlimann

congrès

L'UDC lancera une offensive contre les indemnités chômage aux frontaliers

Réuni en congrès, le parti s'insurge contre la volonté de l'UE d'imposer aux pays du lieu de travail le paiement de l'assurance chômage

L'UDC invite ses groupes parlementaires cantonaux à lancer des initiatives exigeant que la Suisse ne verse pas d'indemnités de chômage aux frontaliers étrangers. Le parti souhaite ainsi empêcher la Suisse de se conformer au nouveau mécanisme européen de dédommagement des frontaliers chômeurs.

Ce nouveau mécanisme, accepté jeudi par les ministres des affaires sociales de l'Union européenne (UE), exige que les prestations de l'assurance chômage soient à l'avenir prises en compte par le pays où la personne travaille. Actuellement, c'est le pays de résidence qui prend en charge ces prestations. Le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) fait toutefois valoir que la Suisse n'est pas tenue de reprendre ces règles.

A ce propos: Chômeurs frontaliers: nouvelle menace pour la Suisse

Les coûts sont «déjà beaucoup trop élevés»

«Il ne serait pas tolérable que les Suisses doivent payer en plus des indemnités de chômage pour les frontaliers», considère samedi l'UDC dans un communiqué. Pour le parti bourgeois, «les coûts résultant de l'immigration de masse sont déjà beaucoup trop élevés».

Pour entrer en vigueur, l'accord des ministres des affaires sociales de l'UE doit encore franchir l'écueil du Parlement européen. Les eurodéputés devront ensuite trouver un compromis avec les Etats membres pour permettre l'adoption définitive du texte.

L'idée vient de Genève et du Tessin

La Suisse devra ensuite se demander si elle veut reprendre ces dispositions. En souhaitant des initiatives cantonales, l'UDC attend des groupes parlementaires cantonaux, notamment de ceux des cantons frontaliers, «qu'ils lancent des initiatives pour faire pression sur la Confédération».

Le parti relaie ainsi une proposition de ses sections genevoise et tessinoise. Son comité a pris cette décision vendredi soir, en prélude à l'assemblée des délégués de samedi.


Stéphane Henchoz en soutien sportif et Yvan Perrin présent

Pendant ce congrès, Thomas Aeschi, conseiller national zougois, s'est exprimé sur l'initiative sur l'immigration de masse. «Nous devons obliger le Conseil fédéral et le Parlement à appliquer les décisions du peuple» et faire en sorte que «le séjour des étrangères et des étrangers en Suisse soit limité par des plafonds et des contingents».

Pour le Zougois, il est dès lors d'autant plus important «que vous nous aidiez tous à récolter des signatures pour l'initiative de limitation nommée Pour une immigration modérée». Celle-ci, lancée en janvier par l'UDC et l'ASIN vise à mettre fin à la libre circulation des personnes avec l'UE.

L'UDC neuchâteloise, organisatrice de l'événement où 400 personnes ont fait le déplacement, avait choisi comme invité d'honneur, le footballeur Stéphane Henchoz. Ce dernier a relevé que les délégués «ont chanté plus fort l'hymne national que les joueurs de l'équipe nationale». A noter aussi la présence d'Yvan Perrin, ex-conseiller d'Etat neuchâtelois et ancien vice-président de l'UDC suisse. (ATS)

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a