L’UDC lucernois Richard Koller a lancé en juin une initiative populaire qui concurrence directement celle prévue par l’UDC suisse. Cet élan lui a coûté son poste de secrétaire de la section: il a été libéré de ses fonctions avec effet immédiat.

Interrogée par la Luzerner Zeitung, la présidente de l’UDC Lucerne, Angela Lüthold, a invoqué lundi «des conflits d’intérêts avec ses collègues» pour expliquer cette décision.

Une initiative en vie de l’ASIN

L’UDC suisse, de concert avec l’Action pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN), veut lancer une initiative populaire d’ici à la fin de l’année afin de résilier l’accord de libre circulation des personnes. Richard Koller préside un comité bourgeois interpartis qui récolte des signatures pour une autre initiative nationale visant à limiter l’immigration.

Le texte de Richard Koller, intitulé «Priorité aux travailleurs en Suisse», a été présenté à la mi-juin à Berne. Il demande que l’accès des étrangers au marché du travail soit limité dès que le chômage en Suisse dépasse 3,2%. En 2016, ce taux était de 4,8%.

Des menaces

Dès le début de la récolte des signatures, le président de l’UDC cantonale lucernoise de l’époque et conseiller national Franz Grüter avait averti le secrétaire de la section cantonale: il lui conseillait de choisir entre son emploi et son initiative. Au cas où il tiendrait à cette dernière, il lui faudrait quitter son job à l’UDC.

Lire aussi: L’UDC attaque frontalement Simonetta Sommaruga et la migration

Pour le secrétaire remercié, cette stratégie est incompréhensible, mais il doit bien l’accepter, a-t-il confié à la Luzerner Zeitung. D’après Richard Koller, deux initiatives permettent d’autant plus d’intéresser la population au dossier de l’immigration. L’informaticien conserve son mandat de président de l’UDC de la commune de Beromünster.