Le démocrate du centre prévient toutefois que l’UDC ne compte pas en rester là. Mardi, son parti présentera un paquet de propositions visant à réduire les dépenses de l’assurance invalidité. Ces propositions, déjà évoquées par le conseiller national dans une interview accordée au Temps (01.09.2009), se veulent un «complément à la sixième révision de l’AI». Concrètement, l’UDC demande notamment une «une réduction de moitié des rentes pour enfant de personnes invalides». Aujourd’hui, explique l’UDC vaudois, «un adulte bénéficiant d’une rente AI mensuelle de 1435 francs reçoit un supplément de rente de 40% par enfant, soit en moyenne environ 520 francs par mois. Or, une personne qui n’est pas invalide ne touche pour sa part que 200 francs d’allocation familiale. Cette mesure permettrait d’économiser 200 à 300 millions de francs par an.» Enfin, l’UDC, qui envisage également de «limiter à certains handicaps précis les prestations de l’AI en matière de formation des jeunes invalides», réclame «davantage de transparence et d’efficacité au niveau des quelque 1200 organisations de défense des personnes handicapées, organismes auxquels l’AI verse plus de 160 millions de francs par an».