Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le Tessin a ouvert la voie avec «Prima i nostri». Ce texte de l’UDC y a été accepté par le peuple l’automne dernier.
© DR

Politique suisse

L'UDC Neuchâtel abandonne son initiative «Les nôtres avant les autres»

La section l'UDC Neuchâtel a décidé d'abandonner le texte concernant la préférence indigène. Ceci par manque de signatures, mais également afin d'éviter un doublon avec une initiative nationale

L’UDC Neuchâtel retire son initiative «Les nôtres avant les autres». Elle manque de signatures, et ne veut pas faire doublon avec le texte sur la libre circulation auquel travaillent l’UDC Suisse et l’ASIN.

Déposée début février, l’initiative cantonale pour la préférence indigène visait à modifier la loi afin d’obliger les employeurs neuchâtelois à embaucher en priorité des résidents. Le comité du parti constate que le délai de récolte au 21 août ne permet pas de garantir un nombre suffisant de signatures assurant la validation, écrit-il mercredi dans un communiqué.

La section neuchâteloise veut privilégier le combat contre la libre circulation avec l’UDC Suisse, dont la future initiative recoupe «en grande partie les objectifs» de celle qui a été retirée et a «le mérite de régler la question au niveau fédéral».

En février dernier, l’UDC du Valais romand (UDCVR) a annoncé envisager de lancer une initiative cantonale pour la préférence indigène. Le texte n’est pas encore définitif, a expliqué le vice-président de l’UDCVR Jean-Luc Addor. La récolte de signatures n’a pas encore débuté, «mais l’idée reste d’actualité», précise-t-il.

Le Tessin a ouvert la voie avec «Prima i nostri». Ce texte de l’UDC y a été accepté par le peuple l’automne dernier.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a