C’est le moment ou jamais. A deux semaines des élections fédérales, la presse dominicale alémanique consacre plusieurs dossiers aux pronostics et projets des candidats.

La NZZ am Sonntag dévoile des projections et s’intéresse aux grandes tendances politiques à venir. Au soir du 18 octobre, la Suisse devrait connaître un glissement à droite, selon une simulation des résultats au Conseil national commandée par l’hebdomadaire. Cette estimation confirme d’autres pronostics de ces dernières semaines, montrant que les partis bourgeois, notamment le PLR, ont les électeurs de leur côté. Mais, selon la NZZ, l’UDC connaîtrait une plus forte progression que les libéraux-radicaux: elle remporterait six sièges supplémentaires (60 en tout); le PLR en obtiendrait quatre de plus (34 en tout). Le PS serait en léger recul (3 sièges de moins, à 43). Comme l’ont montré d’autres sondages, ces gains se feront au détriment des écologistes, qui traversent une mauvaise passe. Les Verts perdraient 5 sièges, n’en conservant que 10; leurs confrères libéraux céderaient 4 fauteuils.

Les journaux s’intéressent également à la notoriété des candidats. La SonntagsZeitung consacre sa une, ainsi qu’un dossier de trois pages à l’influence à Berne des élus sortants qui se représentent. Président du parti socialiste et sénateur fribourgeois, Christian Levrat occupe la tête du classement: il siège dans les commissions influentes, s’attaque à de lourds dossiers, comme l’AVS, se montre capable de forger des majorités, possède un bon réseau et une forte présence médiatique.

Le socialiste est l’unique Romand présent dans le « top ten » du classement. Il est suivi par Filippo Lombardi (PDC/TI) et Pirmin Bischof (PDC/SO). Parmi les autres élus romands, Géraldine Savary (PS/VD) occupe le 17e rang. Elle devance un duo formé de Luc Recordon (Verts/VD) au 21e rang, juste devant Christian Lüscher (PLR/GE).

Le journal déplore une perte d’influence des femmes au Palais fédéral: aucune d’entre elles ne figure dans les dix premières places du classement. Mais la première politicienne du ranking occupe la marche suivante: il s’agit de Viola Amherd (PDC/VS) en 11e place, en raison de son engagement au sein du bureau du Conseil national et de sa présidence de la commission des transports. Elle est suivie de Ruth Humbel (PDC/AG).

Christian Levrat est également présent dans le SonntagsBlick. Il annonce une initiative populaire demandant davantage de transparence dans le financement des campagnes politiques. Ce texte, actuellement au stade de l’étude préalable, serait lancé après les élections; si les délégués du parti donnent leur feu vert, la campagne de signature pourrait débuter en janvier.

Le texte demande la transparence pour les dons supérieurs à 10'000 francs et donc la publication des noms des donateurs. Les contributions concernées sont celles versées aux partis, ainsi que celles qui financent les campagnes de votation et les campagnes électorales. Les partis devraient publier leurs comptes chaque année. Selon le journal dominical, la campagne d’affichage et de publicité dans les médias menée par l’UDC et le PDC à Zurich serait la plus onéreuse de tous les temps, sans que les électeurs ne puissent savoir qui figure derrière les dizaines de milliers de francs dépensés par les partis et les candidats.

Enfin, le SonntagsBlick se fait le relai d’un coup de gueule de plusieurs ténors politiques contre la dernière émission d’Arena. Elle aurait dû constituer un point d’orgue de la campagne en Suisse alémanique puisque huit présidents de parti étaient invités à débattre. Trop chaotique, confuse et sans profondeur, dénoncent-ils en choeur, comme les téléspectateurs. Un nouvel indice de la difficulté d’aborder les thèmes complexes - franc fort, prévoyance professionnelle, avenir des relations de la Suisse avec l’Europe -, en période de campagne électorale.