Les partis bourgeois ont salué sans réserve la levée de l'admission provisoire des réfugiés du Kosovo. L'UDC et le PRD regrettent même la lenteur des départs. En revanche, le PS juge trop court le délai du 31 mai 2000: l'aide au retour devrait être attribuée au-delà.

Le Parti socialiste est d'accord avec la décision du Conseil fédéral. Il importe cependant de respecter diverses conditions pour le retour des réfugiés, a expliqué mercredi Peter Peyer, porte-parole du PS. Il s'agira notamment de prendre en considération le degré de destruction des régions ce qui ne permettra pas à tous les réfugiés de rentrer d'ici au 31 mai 2000, estime le PS. Ceux-là devront aussi pouvoir bénéficier de l'aide au retour de la Confédération au-delà de ce délai. Un retour volontaire devrait être envisageable aussi longtemps que possible.

Le PS se montre en revanche très sceptique à l'idée d'une éventuelle révocation du statut d'asile déjà accordé aux réfugiés kosovars. Une telle décision annihilerait tous les efforts d'intégration et serait un coup dur pour les intéressés, a ajouté M. Peyer.

L'Union démocratique

du centre (UDC) salue la décision du Conseil fédéral mais regrette que le délai des retours ne tombe qu'à fin mai 2000. Pour le parti d'Uli Maurer, la procédure de rapatriement des réfugiés au Kosovo est «trop lente», a déclaré son porte-parole Jean-Blaise Defago.

le Parti radical (PRD) considère la décision du Conseil fédéral comme un «signal de départ clair». Le délai imposé pour les retours est «raisonnable». Mais il reste à pouvoir l'imposer de manière conséquente, écrit le PRD dans un communiqué. Le PRD réclame de plus importantes capacités de transport, de manière que le plus grand nombre possible de réfugiés puisse rentrer avant l'hiver. Les radicaux demandent encore que l'on interrompe le processus de scolarisation pour les enfants de Kosovars dans les écoles publiques.

Pour le Parti-démocrate-chrétien (PDC), la décision du Conseil fédéral constitue un soutien à «l'attitude ferme et conséquente» de la conseillère fédérale Ruth Metzler. Les démocrates-chrétiens demandent toutefois au Conseil fédéral que soient renvoyés en premier lieu les hommes jeunes, en bonne santé et célibataires. A cela, deux raisons. D'abord, «ces hommes ne traîneront plus d'un air ennuyé dans les rues». Ensuite, ils «pourront aider à la reconstruction du Kosovo qui en a grandement besoin». A ce propos, le PDC continuera à soutenir l'aide sur place.

ATS