Baromètre électoral

L’UDC se tasse, le PS progresse

A une année des élections fédérales, le sondage réalisé par l’institut gfs.bern prévoit un léger fléchissement de l’UDC (–2%). Quant au Parti socialiste, il dépasserait la barre des 20%, profitant de la mobilisation autour de l’initiative «Pour une caisse publique d’assurance maladie»

L’UDC est en baisse dans les intentions de vote (–2%), mais reste le premier parti suisse. Le PS profite de la mobilisation autour de l’initiative «Pour une caisse publique d’assurance maladie» et atteint la barre des 20% (+1,4%). Ce sont les deux points saillants du premier baromètre électoral réalisé par l’institut gfs.bern pour le compte de la SSR, à un an des élections fédérales de 2015.

Le sondage montre aussi que le PLR reprend un peu de couleurs (+0,7%), profitant d’un transfert de voix de la part de sympathisants de l’UDC. Une forte majorité d’électeurs UDC estime en effet que si l’article constitutionnel «Contre l’immigration de masse» devait se révéler incompatible avec les accords bilatéraux, il faudrait privilégier nos relations avec l’UE.

Par ailleurs, faute de profil affirmé, le PDC, qui attire un électorat modéré et vieillissant, continue à s’effriter, perdant presque 1% d’intentions de vote. Malgré la popularité de sa conseillère fédérale Doris Leuthard et de son président Christophe Darbellay, dont la crédibilité dépasse de peu celle du président du PS Christian Levrat dans les électorats de tous les partis, le PDC souffre du fait que ses thèmes, famille et classe moyenne, sont occultés par les questions migratoires et d’assurances sociales. Même son allié le PBD ne parvient pas à profiter de l’élan d’il y a quatre ans et perdrait 0,6% de voix.

Les deux partis écologistes au coude-à-coude

Dans les rangs écologistes, les Verts et les Vert’libéraux (PVL) sont désormais au coude-à-coude, à 7,3%. Les Vert’libéraux, en progression, empochent presque 2% de nouveaux électeurs, alors que les Verts en perdraient 1%. Si les Vert’libéraux profitent de l’effet de nouveauté et de la présence médiatique de leur président Martin Bäumle, les Verts classiques, qui misent sur leur projet d’économie verte, ne parviennent pas à faire émerger la thématique environnementale.

Renforcement de la bipolarisation

Car les questions qui préoccupent d’abord les Suisses, immigration, assurances sociales, chômage ou AVS, profitent d’abord à l’UDC et au PS, qui se profilent comme les plus compétents pour affronter ces problèmes, selon le sondage. Seul le PLR se montrerait plus convaincant que l’UDC sur la question des relations avec l’UE.

On assiste donc à un renforcement de la bipolarisation, avec un petit avantage pour le PS, qui, pour l’heure, serait le seul à mobiliser davantage son électorat potentiel. PLR et PVL profitent en effet surtout du manque de mobilisation et des transferts de voix de l’UDC et du PDC.

Publicité