L’ancien conseiller national UDC Ulrich Schlüer nie avoir dénigré l’ensemble du peuple palestinien. Le Zurichois n’a visé dans ses écrits que des individus brutaux et violents, a-t-il affirmé lundi au cours de son procès en première instance pour discrimination raciale.

Il s’est contenté de décrire la réalité, ce qui doit être autorisé. En outre, l’ancien député s’est défendu d’être raciste. Et de rappeler qu’il a côtoyé fréquemment et intensivement des étrangers durant ses 40 ans d’activités officielles. Malgré les problèmes considérables que cela lui a valus, il a toujours cherché des solutions.

D’ailleurs, dans le cas de cette bagarre entre requérants d’asile palestiniens, Ulrich Schlüer affirme qu’il s’est préoccupé des deux ou trois petits enfants vivant dans le foyer d’accueil, et a veillé à ce qu’ils ne soient pas blessés. Ces bambins étaient eux aussi étrangers. «C’est si je ne m’étais pas soucié d’eux que j’aurais été raciste». Le jugement sera prononcé en fin de journée par le Tribunal de district d’Andelfingen (ZH).