élection

L’UDC valaisanne ne parvient pas à bloquer l’assermentation du nouveau gouvernement

Le Grand Conseil a rejeté lundi la proposition de l’UDC. Après la dénonciation, par trois villes, de cas de fraude électorale, le parti demandait la suspension de la cérémonie d’entrée en fonction du Conseil d’Etat, qui doit avoir lieu ce jour

La demande de l’UDC Valais d’ajourner la validation de l’élection du Conseil d’Etat a été balayée lundi par 106 voix contre 22. Le débat pour la validation du gouvernement a commencé.

Le Grand Conseil débat désormais de la validation du gouvernement valaisan élu le 19 mars, qui devrait prêter serment dans la foulée. Le parlement valaisan se trouve en effet devant deux plaintes pénales déposées par les communes haut-valaisannes de Brigue et Naters, ainsi qu’un recours de l’UDC du Valais romand, pour fraude électorale.

A ce propos: L’UDC du Valais romand recourt contre les résultats du scrutin

Le Ministère public du canton du Valais précise lundi matin dans un communiqué qu’il a reçu des plaintes pénales des deux communes ci-dessus. Une instruction est donc en cours pour fraude électorale. Selon le chef du groupe UDC Valais Grégory Logean, les autorités de Viège auraient également constaté des fraudes.

Plainte de citoyens

«Le futur Conseil d’Etat ne pourra pas être légitimé tant que la lumière ne sera pas faite sur les cas de fraudes systématiques dénoncés», a-t-il déclaré en vain à l’appui de sa motion lundi matin. Dans les trois villes, le scénario semble le même: les municipalités ont constaté des irrégularités lorsque des citoyens se sont plaints de n’avoir pas reçu leur matériel de vote alors que les registres indiquaient qu’ils avaient déjà voté.

Plusieurs dizaines de bulletins sont concernées. Mais il faudrait beaucoup plus d’enveloppes pour faire basculer le vote, car il y a presque 2200 voix d’écart entre le PLR Frédéric Favre et l’UDC Oskar Freysinger, respectivement 5e et 6e au deuxième tour.

 

Publicité