Election

L'UDC vaudoise lance Jacques Nicolet, avec la complicité du PLR

Les membres de l'UDC vaudoise ont choisi Jacques Nicolet pour les représenter dans la course au Conseil d'Etat. Le président du parti vaudois a été propulsé aux côtés des PLR, dans l'alliance de droite 

«Bienvenue Jacques!» Pascal Broulis, entouré de ses collègues PLR Jacqueline de Quattro et Philippe Leuba, félicitait jeudi soir le nouveau venu de l’alliance de droite Jacques Nicolet dans la course au Conseil d’Etat vaudois. Devant eux, le parterre de partisans UDC venaient d’accorder à leur président 95 voix (sur 156) au second tour. Ils lui confiaient ainsi le mandat de récupérer le siège UDC à l’exécutif cantonal perdu en 2011 à la mort de Jean-Claude Mermoud. Les PLR le chargeaient, eux, du mandat de récupérer la majorité au château cantonal.

En ouverture de congrès – après avoir comme de tradition entonné l’hymne vaudois – les partisans ont d’abord re-validé l’alliance de droite avec le PLR, décidée lors du précédent congrès le 6 octobre dernier. Depuis les élections fribourgeoises de dimanche ratées pour l’UDC, le ton montait chez certains.

Présentation des candidats

Ensuite, les prétendants à la candidature au Conseil d'Etat vaudois se sont chacun exprimé. «Je serai capable de relever des défis pour l’école pour que chaque élève sache trouver sa voie, son avenir» a promis le syndic de Baulmes Julien Cuérel. «J’ai échoué une fois, je connais les embûches d’une campagne au conseil d’Etat», a rassuré Pierre-Yves Rapaz, municipal à Bex, qui avait manqué le coche face à la Verte Béatrice Métraux en 2011. «C’est un avantage que d’avoir été préfet de Morges et d’être aujourd’hui préfet du Gros de Vaud. Les conditions qui m’ont été fixées par le Conseil d’Etat sont strictes et je renoncerai à mon salaire de préfet depuis le dépôt des listes jusqu'au jour de mon salaire, si vous me choisissez», a lancé Pascal Dessauges.

Mais cela n'a pas suffit aux trois prétendants qui se sont vus dépasser dès le premier tour par Jacques Nicolet. Julien Cuérel et Pierre-Yves Rapaz ont appelé les partisans à reporter leurs 11 et 13 voix sur leur président. 

Candidat «rassembleur»

Dans son discours, le conseiller national a voulu être rassembleur en se disant «candidat de tous les membres UDC». Ses «réseaux bien au-delà du parti» l'aideront, avance-t-il, à récupérer des voix plus largement à droite. Jacques Nicolet sera donc sur la liste de l'alliance de droite aux côtés des conseillers d'Etat sortants PLR. En début de congrès le parti a confirmé qu'il ne voulait une alliance qu'avec les libéraux-radicaux, en excluant tout rapprochement avec les Vert'libéraux.

Publicité