L'Union européenne a confirmé jeudi la possibilité d'établir à l'avenir un lien politique entre les nouveaux dossiers bilatéraux avec la Suisse, dont celui sur la fiscalité des entreprises (LT du 05.12.07). Le secrétaire d'Etat Michael Ambühl l'a admis jeudi au terme d'entretiens à Bruxelles.

Lors de sa visite, l'ambassadeur de Suisse a rencontré des représentants de la Commission européenne et s'est notamment entretenu avec Eneko Landaburu, chef de la Direction générale des relations extérieures.

La Suisse et l'UE veulent gérer «indépendamment des réflexions politiques» les accords bilatéraux existants, a déclaré Michael Ambühl. Mais cela pourrait changer pour les nouveaux dossiers.

Parmi les nouveaux sujets bilatéraux figurent l'accord de libre- échange sur les produits agricoles, la libéralisation du marché de l'électricité et le différend sur la fiscalité des entreprises. «Pour nous, ils ne sont pas liés, mais il n'est pas exclu que l'UE établisse, elle, un lien politique entre eux», a-t-il affirmé.

Comme l'a dit tout récemment le chef d'economiesuisse Gerold Bührer dans plusieurs médias, il s'attend à une pression de la part de l'UE et donc à des «temps difficiles».