diplomatie

L’UE pourrait ne pas prolonger l’équivalence boursière

Ayant évoqué ce mardi les relations Suisse-UE, la Commission se montre laconique, évoquant un «manque de progrès», et laissant entendre que les dispositions boursières pourraient tomber à la fin du mois

La Commission européenne a discuté des relations entre la Suisse et l'UE mardi. Bruxelles constate «un manque de progrès» avec Berne, a affirmé Maros Sefcovic, vice-président de l'UE. Il n'y a pas de nécessité de prendre de décision. «Notre porte reste ouverte.»

Il n'a en revanche rien dit sur la question de l'équivalence pour la bourse suisse. Si la Commission européenne ne recommande pas explicitement d'étendre l'équivalence boursière, elle expirera automatiquement à la fin du mois.


A ce propos


En décembre 2017, l'Union européenne (UE) avait accordé pour la première fois à la bourse suisse une reconnaissance d'équivalence pour une période limitée. Bruxelles avait lié son extension à l'avancement des négociations sur l'accord-cadre entre la Suisse et l'UE. En 2018, la Commission européenne avait de nouveau prolongé cette équivalence jusqu'à la fin juin 2019.

Il y a exactement une semaine, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker s'est dit prêt à discuter avec Berne de "précisions" sur l'accord-cadre institutionnel, à la suite de la réponse helvétique. Mais il n'y aura pas de renégociation et ces clarifications devront avoir lieu "dans les prochains jours", avait-il insisté.

Publicité