Allocution

L'union de la Suisse fait sa force, estime Alain Berset

Le nouveau président de la Confédération a énuméré les défis à venir: l'égalité des chances, les relations de la Suisse avec l'UE, ou encore la stabilité financière de la prévoyance vieillesse

«On remarque qu'on a de la chance de vivre en Suisse quand on voit les images qui nous parviennent du reste du monde», a déclaré Alain Berset dans son message du Nouvel An. Le nouveau président de la Confédération se montre confiant pour 2018: «La Suisse est un pays stable et sûr. Notre économie se porte bien: nous sommes très compétitifs. Et nous nous intéressons les uns aux autres. Des milliers de personnes s'engagent bénévolement dans l'intérêt de la société», a-t-il dit.

Interrogations

Pourtant, de nombreuses personnes se posent des questions, relève-t-il, sur l'impact des nouvelles technologies sur leur travail, par exemple. Elles se demandent si elles vont pouvoir garder leur emploi, si elles auront assez d'argent à la retraite, comment concilier famille et travail ou encore, si elles recevront les soins médicaux dont elles ont besoin.

La démocratie directe permet non seulement de poser ces questions, mais aussi d'y répondre, estime Alain Berset. «Nous pouvons collectivement décider comment nous souhaitons vivre. C'est un grand privilège». Participer aux décisions, cela signifie discuter et débattre, poursuit le socialiste. Les discussions sont également souvent très engagées dans la salle du Conseil fédéral, illustre-t-il.

Les débats ne seront pas moins passionnés ces prochains mois, assure le Fribourgeois. Il s'agira de savoir comment garantir l'égalité des chances, de promouvoir l'égalité entre les hommes et les femmes, de définir ou redéfinir les relations de la Suisse avec l'UE ou de savoir comment garantir la stabilité financière de la prévoyance vieillesse.

Chercher des compromis

«C’est toujours lorsque nous avons activement relevé les défis qui se présentaient que nous avons été les plus forts. C'est justement dans les périodes plus difficiles qu'il faut rester en mouvement, qu'il faut savoir faire des compromis et aller les uns vers les autres». Cela demande souvent plus de courage que de camper sur ses positions, estime le conseiller fédéral. «Notre histoire le prouve: nous avons toujours su que ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous sépare. Nous avons appris que renforcer les minorités, c'est renforcer le pays», a conclu Alain Berset.

Comme la tradition le veut, la présidente 2017, Doris Leuthard, lui a transmis les rênes peu après minuit, a indiqué le porte-parole du Conseil fédéral, André Simonazzi.

Publicité