Conformément au plan d’action adopté par le Conseil d'Etat genevois pour faire face aux risques de pénurie énergétique, l’Université de Genève a élaboré son propre programme de sobriété volontaire. Grande consommatrice d’énergie, l’institution va notamment baisser le chauffage, éteindre les éclairages nocturnes et limiter la distribution d’eau chaude.

L’Université de Genève (UNIGE) consomme chaque année 47 000 GWh d’électricité, 17 500 GWh de gaz et 5 500 GWh de mazout, soit l’équivalent de la consommation de près de 12 000 ménages suisses, indique l’UNIGE sur son site internet. En tant qu’établissement public, elle a un devoir d’exemplarité, relève-t-elle.

Lire aussi: Genève éteint la lumière et baisse le chauffage pour économiser de l’énergie

Comme demandé par le Conseil d'Etat, l’UNIGE va reporter le démarrage de la saison de chauffe au 15 octobre, réduire la température des bâtiments à 20 degrés, interdire les chauffages d’appoint, supprimer la distribution d’eau chaude partout où cela est possible et optimiser les ventilations. L’UNIGE compte aussi accélérer les investissements d’efficience énergétique.

Des mesures qui pourraient être gardées

«Ces mesures sont liées à l’urgence énergétique actuelle mais certaines vont servir de test grandeur nature afin d’évaluer ce qui pourra perdurer au sein de l’institution», indique dans le Journal de l’UNIGE paru jeudi Fabrice Calame, responsable des objectifs de développement durable. L’UNIGE encourage aussi les écogestes individuels. Il s’agit notamment de débrancher les chargeurs et de privilégier les escaliers plutôt que l’ascenseur.

Lire aussi: Le Jet d’eau de Genève passe au temps partiel pour économiser l’énergie