Commémoration

L’Université de Lausanne reste un foyer pour les marxistes

Le 5 mai 2018, Marx aurait fêté ses 200 ans. Son étude du système capitaliste et de ses inégalités sociales est restée une grille de lecture pour certains professeurs et étudiants

L’Université de Lausanne (Unil) a toujours été réputée accueillante pour les foyers marxistes par les autres académies. Qu’en est-il aujourd’hui, au moment du bicentenaire de la naissance de Karl Marx? Les intellectuels inspirés par le théoricien de la lutte des classes ont occupé un certain nombre de chaires de l’université où l’œuvre du philosophe est toujours analysée comme grille de lecture sur les inégalités sociales, l’écart entre les riches et les pauvres ne cessant d’augmenter dans les pays capitalistes.

L’Unil et sa tradition contestataire

Samuel Bendahan le confirme: «Marx n’est pas mort.» Le nouveau conseiller national socialiste est maître d’enseignement en hautes études commerciales (HEC). «Il prend même tout son sens dans les débats actuels sur la robotisation où l’humain s’efface au service du capital. Marx parlait de l’importance de la propriété de l’instrument de production comme moyen de libération du capitalisme.» Dans ses enseignements, Samuel Bendahan se réfère à des méthodologies plus contemporaines, mais il remarque que l’Université de Lausanne a toujours permis à de nombreux groupes de réflexion contestataires de s’affirmer, plus que dans d’autres institutions.

Foyer de réflexion marxiste au sein de l’Unil

Dans la faculté d’à côté, au département d’histoire, le professeur Sébastien Guex reconnaît qu'«il n’y a aujourd’hui plus aucun problème à se déclarer marxiste», et que certains enseignants, comme certains groupes d’étudiants de l’UNIL, «se réclament d’un marxisme révolutionnaire vivant, sans être dogmatiques». La vision que l’on a de l’auteur du Capital est en effet devenue plus nuancée. Il constate que «Marx est un sujet d’intérêt permanent, car on trouve chez lui un formidable outil d’analyse du monde et de compréhension de la lutte de classe».

Dans les années 80, Hans Ulrich Jost, autre professeur d’histoire à l’Unil, s’érige contre la prédominance de la pensée libérale ou conservatrice. Il va créer un cercle de réflexion autour de lui qui donnera naissance au groupe Regards critiques, fortement inspiré du marxisme, et qui n’a cessé d’exister depuis. Les colloques du réseau Penser l’émancipation, qui critiquent le productivisme et l’économie politique, ont également beaucoup de succès.

«Il demeure donc un foyer de réflexion marxiste au sein de l’Unil. J’ai même des étudiants qui sont venus de Suisse allemande s’inscrire à Lausanne parce que l’université était réputée pour sa pensée critique», reprend Sébastien Guex. «Dans les années 70, le rectorat interdisait les conférences et combattait notre mouvement. Ces trente dernières années, une tolérance s’est installée. On ne nous a jamais vraiment considérés comme une richesse pour l’Unil, mais on nous tolère», s’amuse-t-il.

Regard critique sur l’enseignement universitaire

Noémie Rentsch est membre du groupe Regards critiques. Cette étudiante en sciences sociales à l’Unil est fière du dynamisme de ce petit ensemble, qui organise une conférence par semaine. «Dernièrement, nous avons traité de la Suisse coloniale, des mouvements sociaux en Afrique subsaharienne et de l’actualité des mouvements féministes.» Même s’il a été fondé par des membres de la Ligue marxiste révolutionnaire, son groupe ne se revendique «pas spécifiquement marxiste, mais ancré dans la tradition de gauche». «Nous comblons des enseignements qui ne se trouvent pas dans le cursus, et nous posons un regard critique, une vision différente sur ce qui nous est enseigné», décrit Noémie Rentsch.

Professeure de droit honoraire à l’Université de Lausanne, Suzette Sandoz, note une différence énorme entre ses souvenirs d’étudiante, de 60 à 64, où l’Unil était très fortement marquée par le mouvement démocratique des étudiants communistes, et ses années de professorat. «On a toujours eu le sentiment que les lettres et les sciences sociales étaient marquées à gauche, mais à Lausanne, certains professeurs de HEC ou de droit partageaient également leurs idées. J’avais des collègues avec qui nous n’étions pas d’accord sur nos convictions politiques, mais ça n’a jamais entravé notre collaboration amicale.» Aujourd’hui, Suzette Sandoz a l’impression que le corps des professeurs de la Faculté de droit est moins à droite que lorsqu’elle a été nommée.

Engouement pour une alternative au capitalisme

En Suisse, le marxisme marquerait même un certain retour, en particulier chez les jeunes, estiment les partis de la gauche radicale. La façon dont Le Courrier, qui vient de fêter ses 150 ans, maintient son lectorat montre d’ailleurs que la pensée de gauche issue du marxisme a toujours droit de cité dans la presse quotidienne romande. «Les gens prennent conscience que le capitalisme est dans l’impasse et que le marxisme peut amener une certaine grille de compréhension», décrit Jean-Michel Dolivo, député SolidaritéS au Grand Conseil vaudois. «Aujourd’hui, il peut être utile pour aider des salariés à s’organiser collectivement. Les jeunes que nous accueillons se demandent comment développer une société dans laquelle le bien commun serait une boussole en matière de production et de distribution.»

Publicité