En cinq ans, au moins quatre viols ont été commis sur le campus de l’Université de Lausanne (Unil) et près de 150 autres actes physiques non désirés et potentiellement pénalement répréhensibles ont aussi été signalés. C’est le résultat d’une vaste enquête menée le printemps dernier par le Centre de compétences suisse en sciences sociales (FORS), à la demande de la direction de l’établissement vaudois, et publié mercredi. Plus de 3500 personnes ont témoigné sur le «climat de travail et d’études» dans l’alma mater, soit 17% de la communauté académique.