Deux rames du métro M2 qui se percutent et prennent feu à 23 mètres de profondeur, 110 personnes à évacuer: tel a été le scénario de l'exercice de sauvetage réalisé dimanche à Lausanne entre 17h00 et 18h30. Quelque 380 personnes ont été impliquées dans ce test grandeur nature.

Cet exercice, simulant un accident hautement improbable, de l'avis des autorités, était requis par l'Office fédéral des transports (OFT) pour délivrer l'autorisation d'exploiter au métro lausannois, a précisé la police municipale dans un communiqué. La police de Lausanne, les sapeurs-pompiers, le groupe sanitaire, la protection civile et les Transports publics lausannois (TL) ont participé à l'opération.

En plus de ces 230 intervenants, 110 figurants ont joué les voyageurs; certains blessés, d'autres pris de panique dans la fumée produite par l'accident. Il a fallu environ une heure pour les dégager du tunnel.

Une quarantaine d'observateurs ont évalué l'exercice. Ils devaient apprécier la sécurisation du site, le désenfumage, le comportement d'une rame à l'arrêt, la coordination et les communications avec les intervenants.

La lutte contre l'incendie, la mise en place et l'utilisation de lorrys (wagonnets) pour l'évacuation des victimes ont été également mises à l'épreuve. Environ 200 invités et représentants de la presse ont suivi l'exercice en direct depuis la surface, l'opération a été filmée, projetée et commentée sur deux écrans géants.

Une fois l'exploitation du M2 inaugurée au début de l'automne, des exercices réguliers auront lieux chaque année.

Malgré le grand nombre de personnes engagées dans l'opération, les autorités n'ont eu à déplorer aucun accident. Et elles tirent un premier bilan satisfaisant de l'exercice. Un rapport complet, attendu dans quatre semaines, sera transmis à l'OFT.