Trois Romands, un Italophone et trois Alémaniques: faites le compte, la minorité latine décroche une majorité numérique de quatre ministres sur sept au Conseil fédéral. Rarissime dans l’histoire de la Confédération. Cette situation, une bonne partie des parlementaires fédéraux germanophones l’ont bien voulue. Sans leurs voix, jamais la Jurassienne Elisabeth Baume-Schneider n’aurait réussi son coup.