Le canton de Fribourg ne connaît pas la crise. Du moins pas encore, à en juger par le projet de budget 2009 présenté hier par le grand argentier, Claude Lässer (PLR). Allégement de la pression fiscale, programme d'investissements en forte augmentation, création de nouvelles prestations, liées en particulier à l'introduction de la deuxième année d'école enfantine et à la troisième année de médecine à l'Université de Fribourg: l'Etat baisse les impôts tout en ouvrant son porte-monnaie. La fonction publique n'est pas oubliée, les charges de personnel augmentant de 6,2%. Malgré cela, répondant aux vœux de la Constitution cantonale, le budget est équilibré, avec un léger bénéfice de 750000 francs.

«Facteurs favorables»

«Pour 2009, une conjonction de facteurs favorables permet de projeter un potentiel de recettes qui excède les précédentes prévisions. Cela s'explique avant tout par les effets positifs du développement économique qu'a connu le canton de Fribourg au cours des dernières années, une conjoncture encore favorable, ainsi qu'une progression de sa population, la plus élevée de Suisse», relève Claude Lässer.

Le directeur des Finances table sur une augmentation des revenus de 4,4%, à 2,8264 milliards. Les dépenses suivent la même tendance (+4,4%) pour atteindre 2,8259 milliards. Une hausse significative. Les charges de personnel (1,325 milliard) prennent même l'ascenseur (+6,2%). En cause: la recrudescence de l'inflation, et conséquemment la compensation du renchérissement, responsable d'une dépense additionnelle de l'ordre de 38,1 millions, mais aussi l'octroi des paliers (+ 10 millions) ou la création de nouveaux postes (+13,1 millions).

«A l'heure où le coût de la vie a tendance à croître, nous partons de l'idée que cet effort des pouvoirs publics sera apprécié», note Claude Lässer à propos de la compensation du renchérissement.

Toujours au niveau des charges, les transferts (subventions) pèsent pour 1,0585 milliard. Parmi les principaux bénéficiaires: les EMS, ainsi que les institutions spécialisées. Par ailleurs, la première des six tranches de 10 millions prévues pour le financement de la deuxième année d'école enfantine figure dans le budget 2009.

S'agissant des recettes, Fribourg s'attend à une augmentation de 6% des rentrées fiscales par rapport à 2008. L'impôt sur le bénéfice et le capital des personnes morales explose carrément de 29,2%, pour atteindre 126 millions. Dans le même temps, le gouvernement procède pourtant à des baisses d'impôts équivalant à un montant de 47 millions au niveau cantonal, auquel s'ajoutent 21 millions sur les plans communal et paroissial. Cumulées à celles opérées depuis 2003, ces diminutions représentent un manque à gagner de 127,7 millions pour les caisses de l'Etat.

Dans le détail, cette nouvelle réduction de la fiscalité - qui profite essentiellement aux familles, dixit Claude Lässer - se traduit par la compensation des effets de la progression à froid, l'amélioration des déductions sociales et des barèmes de l'impôt sur le revenu et la fortune, et l'allégement de l'imposition des dividendes: autant de mesures adoptées dernièrement par le Grand Conseil. Le Conseil d'Etat a décidé en outre de faire un pas supplémentaire en ramenant le coefficient cantonal de 103 à 100, un objectif figurant dans son programme de législature, lequel porte jusqu'en 2011.

Et ensuite?

Baisse des impôts, mais augmentation des recettes. Et à l'horizon, les impacts de la crise financière mondiale. Ce budget est-il réaliste? «Fribourg n'est pas une île et nous ressentirons aussi les effets de la crise, notamment via la conjoncture et les entrées des commandes d'entreprises. Aussi avons-nous été particulièrement prudents en établissant les projections sur les rentrées fiscales des personnes morales», promet Claude Lässer.

Outre la baisse des impôts, le point fort de ce budget 2009 réside dans les investissements, en croissance de 15% par rapport à l'exercice en cours, et atteignant un montant de 229 millions. Le secteur routier se taille la part du lion, absorbant à lui seul la moitié des travaux pour lesquels le maître d'œuvre est l'Etat. Il faut dire que ce dernier a deux chantiers sur les bras: la coûteuse H189, la route de contournement de Bulle, et le pont de la Poya, dont l'édification va démarrer prochainement.

Le canton de Fribourg construit par ailleurs des immeubles, comme la nouvelle Ecole des métiers, ou en achète - il a notamment prévu d'acquérir en 2009 la Timbale, où se trouve actuellement l'Ecole de multimédia et d'art de Fribourg. Cette politique volontariste se traduit par une chute du degré d'autofinancement à 74,3%, pour une insuffisance de financement de 35,8 millions. Une détérioration jugée «acceptable» par Claude Lässer, qui ne songe pas à recourir à l'emprunt. Il est vrai que, quand on est assis sur une «fortune nette» cantonale de 439 millions, on peut voir venir...