Alors que la récolte des premiers foins bat son plein, d’autres fourrages ne sont pas près d’être rasés. Depuis 1993, chaque agriculteur doit accorder 7% de son domaine à la promotion de la biodiversité. En échange, la Confédération assure aux professionnels de la terre une contribution – pouvant aller de 450 à 1080 francs par hectare en fonction de l’altitude – sous forme de paiements directs (OPD). Mais pour toucher cette aide, les paysans doivent se soumettre à un certain nombre de règles qui peuvent parfois être contraignantes.