Le délai des offres pour l'enchère du Monolithe de Morat courait jusqu'à hier, 20 heures. Celui-ci n'avait pas trouvé preneur lors de la vente de la semaine dernière, car le vendeur, la société Nüssli de Saint-Gall, avait estimé le prix offert par l'allemand Rolf Oberle (400 000 francs) trop bas par rapport à la valeur de départ de l'enchère (1,2 million).

La journée de lundi a été particulièrement animée, notamment du côté de Naters, où le conseil communal s'est réuni vers 16 heures pour décider d'un soutien au projet emmené par Art Furrer et Peter Bodenmann, projet visant à acheter le Monolithe pour y installer un Centre d'exposition des glaciers lié à celui d'Aletsch, patrimoine de l'Unesco. L'offre se monterait ici à 450 000 francs.

Durant la journée, un autre intéressé s'est fait connaître, la société «Weiss +Appetito SA». Prio Brönimann, président de son conseil d'administration, désirait quant à lui maintenir le cube sur le lac de Morat, «à un emplacement digne de l'accueillir», selon les termes d'un communiqué diffusé lundi après-midi. Pio Brönimann doit donner aujourd'hui plus de détails sur son projet. Le prix proposé n'a pas été précisé.

Nombre de candidatures indéterminé

Pour l'instant, reste donc sur les rangs un nombre de candidats indéterminé, qui doit être précisé aujourd'hui, comme l'indiquait hier soir Stefan Rausch, responsable du projet chez Nüssli Special Events AG, à Saint-Gall. Une chose est certaine, le Monolithe ne sera pas attribué avant plusieurs jours.

Pour Hans Flückiger, chef de l'arteplage de Morat, le choix de l'acheteur devrait se faire durant la semaine. Si Expo.02 n'est pas propriétaire de l'objet, elle n'en garde pas moins un droit de regard sur son affectation future: «La société Nüssli ne peut prendre une décision de vente qu'avec notre accord. Dès demain, nous allons analyser les propositions qui sont faites. Durant ses séances de mercredi et jeudi, le conseil de direction doit se prononcer.» Il reste également qu'Expo.02 doit respect à l'œuvre de l'architecte Jean Nouvel: «Les droits d'auteur étaient réglés jusqu'à la fin de l'exposition. Mais nous ne ferons rien sans son accord. Il est convenu que lorsque nous aurons un projet concret, il sera consulté.»

Parmi ceux-ci, l'initiative de Naters laisse Hans Flückiger quelque peu tiède: «Le projet n'est pas tellement nouveau. Nous en avions déjà pris connaissance au mois de juin dernier. Mais il semblait trop cher pour ses initiateurs.»

Car il ne suffit pas d'acheter le Monolithe, encore faut-il le démonter, le transporter et le remonter. Le cube fait 34 mètres d'arête. Soit quelque 40 000 m3. Les promoteurs de Naters ont estimé à 2 millions de francs le coût de cette opération, soit 50 francs le m3. Ce prix ne grève pas excessivement la construction. Mais, il faudrait ensuite l'isoler et l'adapter à sa nouvelle fonction. Et surtout avoir l'aval du créateur.