Un état de «sidération», un sentiment d’«impuissance». Ces mots reviennent à plusieurs reprises à la bouche de Judith, Sarah et Christiane. Rencontrées séparément, elles souhaitent garder l’anonymat. Elles ont travaillé au foyer de Mancy et décrivent des scènes d’une grande violence.