Les manifestants réunis sur la Place fédérale ont répondu à l’appel de l’organisation Free Iran Switzerland. «Femme - vie - liberté», scandait la foule, composée de personnes originaires d’Iran, mais aussi de nombreux Suisses. Les Iraniens perçoivent la solidarité de la société civile suisse, ont écrit les organisateurs dans un communiqué. Mais le Conseil fédéral n’écoute pas. Un tournant dans la politique suisse vis-à-vis de l’Iran s’impose.

Il s’agit notamment de reprendre toutes les sanctions de l’Union européenne (UE), du Canada et des Etats-Unis et de geler tous les comptes bancaires des dirigeants iraniens. Il faut également protéger contre l’expulsion les opposants au régime iranien en Suisse.

«Leur liberté est notre liberté»

Des conseillers nationaux du Centre, du PS et des Verts ont exprimé leur solidarité avec le peuple iranien dans leurs discours. «Leur liberté est aussi notre liberté», s’est exclamée la conseillère nationale bernoise verte Natalie Imboden.

Une action en Suisse: Des Suissesses apportent leur soutien aux Iraniennes en vidéo

La conseillère nationale Flavia Wasserfallen (PS/BE) s’est coupé une mèche de cheveux sous les applaudissements de la foule. Elle a notamment appelé le Conseil fédéral à soutenir financièrement les organisations de défense des droits de l’homme en Iran et à s’engager en faveur d’une mission de l’ONU chargée d’enquêter sur les crimes du régime islamique.

La conseillère nationale argovienne du Centre Marianne Binder a accusé le régime iranien de violer les droits de l’homme au nom de Dieu, ce qui est une prétention. «Montrons que nous sommes là pour le peuple iranien et que nous le soutenons dans sa lutte pour la liberté», a-t-elle lancé.

Lire aussi: En Iran, le football foule le terrain de la révolte

Le CICR sollicité

Les manifestants ont également fait appel au Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Les conditions dans les prisons iraniennes sont contraires aux droits de l’homme et les tortures et les viols font partie du quotidien. Le CICR doit enquêter sur ces faits et vérifier les rumeurs selon lesquelles des détenus seraient délibérément tués.

Lire aussi: En Iran, «la peur nous a retenus pendant 43 ans»

La manifestation a aussi permis de promouvoir l’appel lancé mi-octobre par 100 personnalités suisses du monde de la culture et des sciences, qui avaient également appelé le Conseil fédéral à soutenir le mouvement démocratique en Iran. Plus de 17 000 personnes ont jusqu’à présent signé la lettre ouverte.

Protestations persistantes

Les protestations en Iran ont été déclenchées par la mort de Masha Amini, une jeune Kurde de 22 ans, en septembre. Elle avait été arrêtée par la police des moeurs iranienne pour n’avoir pas respecté les prescriptions relatives au port du foulard. Elle était décédée en détention.

Lire aussi: «Le pouvoir des Gardiens de la révolution transforme progressivement l’Iran en une dictature militaire»

Depuis sa mort, des milliers de personnes manifestent dans tout le pays contre la politique répressive du gouvernement et l’obligation de porter le foulard, imposée par le régime islamique. Selon des sources de l’opposition à l’étranger, 280 personnes seraient mortes et plus de 14 000 auraient été arrêtées lors des protestations.

Lire aussi: La grimpeuse Elnaz Rekabi est de retour en Iran, accueillie en héroïne par ses partisans