Jugeant inacceptable «que l’on puisse abaisser systématiquement, sous le couvert de la liberté d’expression, des millions de personnes dans leur dignité religieuse», le Conseil central islamique suisse (CCIS), d’inspiration salafiste, et trois autres organisations musulmanes appellent à manifester samedi après-midi sur la place Helvetia, à Berne. Les organisateurs ont reçu l’autorisation des autorités de la ville. Sur Internet, le CCIS précise que «la manifestation n’a pas comme objectif principal de protester à nouveau contre le film à peine remarquable L’Innocence des musulmans», mais de demander «aux législateurs suisses d’adopter des normes juridiques visant à mieux protéger les sentiments religieux». A quoi rime une telle manifestation en Suisse, dans le contexte explosif que l’on sait? «Les musulmans ont besoin de donner leur point de vue, estime le président du CCIS, Nicolas Blancho. On ne veut pas un discours de colère, mais nous exprimer de manière démocratique.» Pourtant, deux organisations faîtières musulmanes – la Coordination des organisations islamiques de Suisse et la Fédération d’organisations islamiques – ont fait savoir qu’elles ne soutenaient pas cette manifestation.