BERNE

Manifestations attendues de pied ferme

La police a mobilisé ses troupes en vue de l’arrivée à Berne, aujourd’hui, du Premier ministre chinois Wen Jiabao. On s’attend tout de même à une manifestation des pro-tibétains

Les pro-tibétains entendent manifester aujourd’hui à l’occasion de la visite à Berne du Premier ministre chinois Wen Jiabao, malgré une mobilisation policière massive et l’absence d’autorisation. On ne devrait toutefois pas assister à un éclat comme celui qui avait marqué la venue de Jiang Zemin en 1999.

L’information a été donnée par Loten Namling, représentant de la communauté tibétaine en Suisse et au Liechtenstein, interrogé par l’ATS. «La police était ce matin chez moi pour me demander ce que nous prévoyons. Nous ne voulons pas d’éclat», a-t-il dit.

Bien que l’organisation n’ait pas appelé officiellement à manifester, les pro-tibétains défileront avec des drapeaux pour protester contre la visite de Wen Jiabao, a indiqué Loten Namling. «Nous serons là, c’est notre devoir. La situation est si grave que nous devons faire quelque chose», a-t-il estimé.

«Nos compatriotes au Tibet, qui combattent pour leurs droits fondamentaux, sont emprisonnés ou tués», a-t-il souligné. M. Loten n’a pas souhaité donner de détail quant au nombre de manifestants attendus ou au moment de la protestation. Déploiement policier

La police bernoise n’a pas non plus fourni d’indication précise sur son dispositif. «Il n’y aura pas de manifestation dans la zone de sécurité», a toutefois assuré Thomas Jauch, porte-parole. Il serait cependant naïf de partir de l’idée qu’aucun protestataire ne peut surgir, selon lui.

La Place fédérale a été placée sous haute surveillance policière et tout trafic motorisé dans son périmètre sera interdit de 13h00 à 21h00. Les piétons seront admis mais ils pourront être contrôlés. Des objets tels que des drapeaux, par exemple, seront confisqués.

La visite d’un haut dirigeant chinois à Berne revêt un caractère particulier depuis l’incident diplomatique qui avait perturbé la rencontre en 1999 entre le président chinois de l’époque Jiang Zeming et la présidente de la Confédération Ruth Dreifuss. Des manifestants pro-tibétains avaient grimpé sur les toits environnants la Place fédérale et hué M. Zeming, provoquant la colère du dirigeant chinois.

Un tel éclat est improbable cette fois. Il ne s’agit notamment pas d’une visite d’Etat, mais d’une simple visite de travail n’incluant pas les honneurs militaires sur la Place fédérale. Entretiens prévus

Accompagné d’une délégation d’une demi-douzaine de ministres ainsi que d’hommes d’affaires, le premier ministre chinois entame à Berne une longue tournée en Europe.

Il sera accueilli en milieu d’après-midi par le président de la Confédération Hans-Rudolf Merz. La ministre de l’économie Doris Leuthard, le ministre de l’intérieur Pascal Couchepin ainsi que la ministre des affaires étrangères Micheline Calmy-Rey seront également présents. Situation économique

Les discussions porteront notamment sur les relations bilatérales, la situation économique dans un contexte de crise financière et le dialogue politique. Un accord de protection des investissements sera également paraphé par le ministre chinois du commerce Chen Deming et par Doris Leuthard.

La Chine étant régulièrement accusée de ne pas respecter les standards internationaux en la matière, la délicate question des droits de l’homme devrait également être évoquée lors de la rencontre entre la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey et son homologue chinois des affaires étrangères Yang Jiechi.

La Société des peuples menacés a notamment invité les autorités fédérales à exprimer leur préocupation pour les peuples tibétains et ouïghours en Chine.

Publicité