Le train de la révision totale de la Constitution cantonale est lancé. Et l'originalité fribourgeoise c'est que chacun peut y monter. Trois semaines après l'acceptation du principe de la révision par 86% des citoyens fribourgeois, le gouvernement lance à la mer le premier des quatre cahiers d'idées, sur le thème des droits et devoirs de la personne. Tous ceux qui le désirent peuvent le lire sur Internet ou le commander au Département de l'intérieur afin de faire part de toutes leurs suggestions au fil de treize questions et de nombreux espaces laissés à la réflexion et aux opinions.

La Constituante de 130 membres, qui sera élue cet automne ou au printemps prochain, en tiendra compte lors de la rédaction du projet constitutionnel. Pascal Corminboeuf, conseiller d'Etat en charge de l'Intérieur et de l'Agriculture, tient à susciter un débat aussi large que possible.

Des droits nouveaux sont par exemple expliqués ou suggérés dans le document. Le gouvernement est ainsi prêt à ouvrir le débat sur le droit de manifester sans autorisation de police. Les manifestations spontanées seraient autorisées d'office, avec la seule obligation de l'annoncer pour que la police puisse détourner la circulation.

Parmi les nouveaux droits sociaux suggérés, citons le droit au travail, le droit au logement ou l'obligation faite à l'Etat de «protéger et d'encourager» les familles. La reconnaissance, voire la protection active par l'Etat, d'autres formes de vie, comme les couples homosexuels ou le concubinage, est également suggérée.

Le droit positif à l'information, par la consultation de tous les documents officiels de travail, sauf exceptions dûment répertoriées, figure également dans cette nouvelle panoplie, qui, si elle est soutenue dans son entier par la population, ferait de Fribourg le canton suisse le plus progressiste.

W. B.