On l'attendait comme l'homme fort de la législature, mais le rendez-vous est manqué. Arrivé en tête de la course électorale, Manuel Tornare, âgé de 57 ans, est aussi le plus ancien de l'équipe. Le socialiste se croyait dès lors légitimé à exiger un nouveau dicastère, histoire de troquer les Affaires sociales qu'il gère depuis 1999 contre la Culture ou l'Aménagement. Las. Il a vu ses ambitions tuées dans l'œuf. Cette entrée en matière a laissé des traces: il semble avoir perdu la flamme.

Discret, alors que sa personnalité ne l'y porte guère, Manuel Tornare fait avancer les dossiers qui lui tiennent à cœur, comme la petite enfance et les aînés.

Avec le canton, il a supprimé les doublons de l'aide sociale. Mais il a faibli quand il s'est agi de toucher à la populaire rente versée par la Ville aux retraités les plus démunis. Résultat: les aînés sont dans le bleu.

Le doyen de l'exécutif a tout de même donné de la voix sur un thème: l'Euro 2008, qu'il est jaloux de voir porté par le conseiller d'Etat Mark Muller. Il aurait tant voulu figurer sur la photo officielle... Pour se consoler, il compte les jours qui le séparent d'un troisième règne en tant que maire, puisqu'il succédera à Patrice Mugny le 1er juin.