Le Conseil national reprend ce mardi l’examen de la loi sur le CO2, interrompu en mars à cause de la crise sanitaire. Les mouvements écologistes estiment qu’il faut tirer des enseignements de la pandémie de Covid-19 et réclament des mesures climatiques plus ambitieuses. Le projet prévoit 60% de mesures de réduction des gaz à effet de serre en Suisse et un maximum de 40% à l’étranger. Margaret Kim, qui dirige l’ONG Gold Standard à Genève depuis 2019, après avoir été active dans les domaines du financement climatique et de la biotechnologie, explique comment marchent ces programmes de compensation. Elle estime elle aussi que le projet de loi suisse pourrait être plus ambitieux.

Le Temps: Gold Standard participe à des programmes de compensation des émissions de CO2. De quoi s’agit-il?