Le loyer de Mark Muller, le conseiller d’Etat genevois chargé des Constructions, ne manquera pas de faire des envieux vieux à Genève. Selon la TSR, qui a produit l’état locatif de l’immeuble, le politicien PLR loge au dernier étage d’un immeuble de Plainpalais, dans un appartement de sept pièces au prix de 1800 francs par mois, plus les charges.

La magistrat a précisé le lendemain que son loyer s’élevait plutôt à 2000 francs, plus les charges. Quoi qu’il en soit, il y a de quoi irriter les Genevois ordinaires en quête d’un appartement à prix décent. Le loyer dont s’acquitte Mark Muller est dérisoire par rapport à la moyenne des prix du marché pratiqués pour ce genre d’objet, soit environ 7500 francs. Cloué au pilori en début d’année pour sa gestion du Service de la gestion immobilière, l’ancien directeur de la Chambre immobilière a-t-il bénéficié de ses réseaux? «Je suis dans un de ces appartements qui grâce à la gauche du canton et au milieu des locataires jouit effectivement d’un loyer bas, qui est fixé de façon officielle», répond-il. «Ce marché du logement déséquilibré avec d’une part des loyers artificiellement bas et d’autre part un marché qui explose avec des loyers exorbitants ouvre la porte à des phénomènes, dont le phénomène du copinage, qui fait que de bonnes affaires peuvent dans certains cas bénéficier à des personnes qui d’un point de vue financier n’en auraient pas besoin.»

.