Le port du masque ne sera obligatoire ni dans les transports publics ni dans les transports scolaires en Suisse. La présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga, l’a confirmé mercredi. «Il n’y aura pas d’obligation et ce sera valable pour toutes les formes de déplacements, y compris les bus scolaires», a-t-elle annoncé après avoir pris connaissance du plan de protection en cours d’élaboration dans la branche des transports publics.

Lire aussi: Quels gestes adopter? Comment ne pas vexer autrui? Bienvenue dans le monde déconfiné

La mise au point de ce concept est tout sauf simple. Simonetta Sommaruga admet que les «problèmes de délimitation ne sont pas faciles à résoudre». Elle aura une nouvelle séance avec les représentants de la branche ce jeudi matin. La stratégie de protection sanitaire dans les transports publics sera rendue publique en début d’après-midi par le patron des CFF, Vincent Ducrot, et son collègue de CarPostal, Christian Plüss.

Utiliser le masque correctement

La question du masque est l’un des points délicats. Le plan contiendra une recommandation de protection du visage dans les situations où la règle de distance de deux mètres entre deux personnes ne pourra pas être respectée. C’est notamment le cas aux heures de pointe, comme l’a déjà fait savoir l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) la semaine dernière. Mais les critères et les contrôles ne sont pas simples à définir. Les discussions butent aussi sur l’élimination des masques après leur utilisation.

Lire aussi:  Transports publics, le casse-tête du déconfinement en Suisse

Les enfants qui se rendent à l’école n’auront pas non plus d’obligation de se couvrir le nez et la bouche dans un bus scolaire ou un train. Délégué de l’OFSP au Covid-19, Daniel Koch explique pourquoi: «Les enfants ne devraient porter un masque que s’ils sont capables de l’enfiler et de le retirer eux-mêmes et de l’utiliser correctement.»

Réservations obligatoires?

Le plan contiendra des règles de protection destinées au personnel d’accompagnement. La réservation obligatoire des sièges est une autre mesure contenue dans ce dispositif. Très courant en trafic international, ce principe n’est guère populaire en Suisse. Il devrait n’être conçu que comme une mesure de dernier recours.

La question des transports à câble – téléphériques, télécabines, funiculaires – sera réglée plus tard. Le Conseil fédéral se prononcera le 27 mai sur ce sujet, qui est directement lié à la relance du tourisme de montagne.

Nos articles sur le déconfinement en Suisse

Bises et poignées de main attendront

Le concept sur les transports publics s’ajoutera à ceux qui ont déjà été élaborés. Ils concernent les magasins de bricolage et de jardinage, les services impliquant un contact physique avec la clientèle, les établissements en libre-service (solariums, lavage de voitures) et les enterrements. L’association Commerce Suisse a présenté de son côté les règles sanitaires valables dans les magasins. Ces concepts sont en principe applicables dans les entreprises, mais ils restent assez généraux et ne sont pas à l’abri d’interprétations divergentes d’un endroit à l’autre.

L’OFSP a par ailleurs publié mercredi de nouvelles règles de conduite sanitaire. Il recommande de porter un masque lors de contacts avec des personnes vulnérables. Il conseille cependant d’attendre avant de réhabiliter la fraternelle poignée de main et de faire à nouveau souffler le vent de la bise sur les deux joues.