Le Conseil fédéral a décidé ce mercredi d'imposer le port du masque dans tous les transports publics dès lundi 6 juillet. Il argue de la «fréquentation en hausse des transports publics et de l’augmentation des cas depuis mi-juin» pour justifier cette décision.

Présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga explique que cette mesure, assez forte puisqu'elle se prend par-dessus les cantons, correspond à la manière de lutter contre l'épidémie pratiquée jusqu'ici, «en ajustant la balance au fur et à mesure».

Lire aussi: Le port du masque, le poids du regard

«Il n'a jamais été question que la Confédération se retire» insiste Alain Berset en évoquant le fait que la situation «exceptionnelle» a été levée. Il plaide pour une décision qui harmonise les usages: «La population n'aurait pas compris qu'on doive porter un masque dans les transports d'une ville et pas ceux d'une autre.»

Retrouvez  nos principaux articles sur la crise mondiale

La conférence de presse de ce mercredi 1er juillet:

■ Le masque obligatoire: quelques aspects pratiques

La mesure porte sur les personnes de plus de 12 ans et elle englobe les trains, les trams les bus ainsi que les remontées mécaniques, les téléphériques et les bateaux. Sont exemptés les télésièges et téléskis.

L'obligation est complète: même s'il y a peu de passagers, le port est obligatoire.

Les foulards ou autres tissus ne peuvent être utilisés en guise de masque.

Le contrôle sera fait par les employés des compagnies de transport. Une personne qui ne porte pas le masque sera priée de descendre au prochain arrêt; si elle refuse, elle est passible d'une amende (selon une procédure ordinaire, pas une amende d'ordre).

Voir le questions & réponses de l'administration fédérale (en PDF, français)

■ Une quarantaine pour certains visiteurs

Autre mesure, une quarantaine pour les visiteurs de certains pays. Dès lundi, toute personne franchissant la frontière depuis quelques régions doit se mettre en quarantaine durant dix jours. L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) tient une liste des régions en question, qu’il actualise régulièrement.

Les personnes concernées seront informées de façon ciblée dans les avions, les autocars et aux frontières. Une fois entrées en Suisse, elles doivent s’annoncer auprès des autorités cantonales. Les compagnies d’aviation et d’autocars devront par ailleurs refuser d’embarquer les voyageurs malades.

■ SwissCovid: un million de téléchargements

Alain Berset relève de son côté que l'application de traçage SwissCovid enregistre un million de téléchargements, un volume élevé par rapport aux apps similaires dans d'autres pays.

Le ministre de la Santé cite la hausse des cas d'infections ces jours – en particulier ce mercredi, avec un bond à 137 cas: «Il y a une tendance».

A ce sujet:  Forte poussée des nouveaux cas de coronavirus en Suisse

■ La RHT étendue à 18 mois

Evoquant des «drames humains», le conseiller fédéral à l'Economie Guy Parmelin décline les décisions du jour concernant le domaine des entreprises. L'annonce forte est que celles-ci pourront mettre leurs employés au chômage partiel durant 18 mois au lieu de douze. Ainsi, le gouvernement espère éviter une nouvelle augmentation du chômage.

Le Conseil fédéral a également prévu un délai d’attente d'un jour à charge de l’employeur et rétabli la prise en considération des heures supplémentaires préalablement au recours au chômage partiel. Les nouvelles règles s'appliqueront du 1er septembre au 31 décembre 2021.

■ Droit aux APG prolongé pour les indépendants

Le gouvernement élargit aussi les dispositions concernant les indépendants directement ou indirectement touchés par les mesures de lutte contre le coronavirus. Ils bénéficieront des allocations pour perte de gain jusqu'au 16 septembre. Le délai était échu depuis mai.

Alors que les mesures ont été largement levées, de nombreuses entreprises n'ont pas pu encore reprendre une activité ou ne le peuvent que partiellement. Celles-ci enregistrent donc une perte de leur chiffre d'affaires. Le Conseil fédéral estime qu'il est donc justifié de les soutenir, résume l'agence ATS. Les personnes concernées n'ont pas besoin d'entreprendre de démarche particulière. Les caisses de compensation AVS reprendront le versement de leur allocation.

Le cercle des bénéficiaires de cette allocation a été élargi aux propriétaires de SA et de Sàrl qui sont employés de leur entreprise et qui travaillent dans l'événementiel.


■ 800 millions pour les transports

Le gouvernement délie la bourse pour les entreprises de transports publics et de fret ferroviaire: elles recevront un coup de pouce pour contrer les pertes dues à la pandémie de Covid-19. Le Conseil fédéral va leur octroyer 800 millions de francs. Les CFF bénéficieront de prêts de 550 millions en plus.


Mauro Poggia: «Des décisions disparates auraient affaibli l’action préventive»

Le Conseil d'Etat genevois devait aborder la question du masque dans les transports publics ce mercredi. «Le débat n’a finalement pas eu lieu, compte tenu de la décision fédérale», indique Mauro Poggia, notamment chargé de la Santé, à notre journaliste Grégoire Baur: «Je suis satisfait que le débat public qui a été suscité sur cette question, à Genève d’abord, puis en Suisse romande, avant de passer en Suisse alémanique avec l’apparition croissante de nouveaux cas positifs, ait finalement sensibilisé le Conseil fédéral, confronté à une hausse des cas positifs.»

Il ajoute: «Autant le fédéralisme est une force pour la Suisse, autant il peut être une faiblesse pour lutter efficacement contre une épidémie, qui, par définition, ne connaît aucune frontière. Des décisions disparates et divergentes sur ce thème aurait évidemment affaibli l’action préventive, de sorte que la décision du Conseil fédéral est bienvenue, au-delà du fait qu’elle a pu nous éviter un débat compliqué.»


Esther Waeber-Kalbermatten: «Une décision nécessaire»

Egalement responsable de la Santé, la Valaisanne Esther Waeber-Kalbermatten va dans le même sens: «Je salue la décision du Conseil fédéral, une décision nécessaire au vu de l'augmentation des cas en Suisse, mais aussi en Valais. Mais aussi puisqu'il n'est pas toujours possible de garder les distances dans les transports publics.»

Elle précise que son gouvernement ne va pas en rester là: «Les autorités valaisannes réfléchissent en ce moment à d'autres mesures qu'elles pourraient instaurer. Nous menons une analyse, en ce moment, pour voir où sont les dangers. Un projet pourrait être présenté en début de semaine prochaine.»


Des cantons mettaient la pression

Sur la question du masque dans les transports publics, la pression est montée d'un cran depuis le début de la semaine à ce sujet. Déjà la semaine passée, des membres du gouvernement genevois ont plaidé pour l'obligation du port du masque dans les transports publics. Ce mercredi, justement, c'est le le conseiller d’Etat bernois Pierre Alain Schnegg qui a dit dans la presse vouloir introduire cette contrainte le plus tôt possible – cette semaine encore.

Notre revue de presse du matin à ce sujet:  La question du port obligatoire du masque dans les transports publics en Suisse revient en force