Suisse

Masters attractifs, «CERN des sciences sociales» et prix du café

• L'Université de Lausanne devrait connaître une hausse de 3% de ses

• L'Université de Lausanne devrait connaître une hausse de 3% de ses effectifs, un taux constant. Sa direction souligne que la part de jeunes qui viennent faire un master depuis une autre université, 39%, est supérieure à la moyenne nationale, ce qui illustre l'attractivité des cursus lausannois. Parmi les étudiants venus d'ailleurs pour le master, 46% proviennent de Suisse romande, 8% de Suisse alémanique ou du Tessin, un gros quart de l'Union européenne et 18% du reste du monde. Cependant, au total, Lausanne compte 16% d'étudiants étrangers, moins que la moyenne des universités suisses (23%).

• L'académie crée deux nouveaux masters cette année, l'un en sciences du mouvement et du sport (avec l'Uni de Genève), l'autre en études muséales, avec Genève et Neuchâtel. La médecine parachève sa réforme de Bologne avec l'ouverture du master.

• Le renouvellement du corps professoral s'accélère. En une année, l'Université a engagé 48 professeurs, dont 13 femmes, soit près d'un dixième du total des enseignants nommés.

• Cette année, les sciences sociales reçoivent des moyens supplémentaires par le regroupement à Lausanne d'instituts basés naguère à Neuchâtel et Zurich, dont le «panel des ménages». L'académie vaudoise gagnera une bonne place dans la récolte de données pour les sociologues, au point que Dominique Joye, professeur associé, parle d'un «CERN des sciences sociales».

• La Fédération des associations d'étudiants (FAE), elle, dispose d'un premier bâtiment pour des logements d'étudiants, soit 35 chambres au centre-ville. Une deuxième bâtisse s'ajoutera à la rentrée 2009, l'objectif étant d'atteindre au moins 150 chambres.

• Sur le campus, le grand souci de la rentrée sera la hausse du prix du café et des repas, tarifés à l'avenir selon trois catégories. La FAE ne conteste pas la hausse en soi, mais le fait que les étudiants doivent désormais payer exclusivement avec leur carte d'étudiant, en la chargeant avec du liquide, à des bornes jugées trop peu nombreuses. Gabegie en vue, avertissent les porte-parole.

Publicité