Maurice Ropraz est le grand favori parmi les nouveaux candidats à l’élection au Conseil d’Etat. Préfet de la Gruyère depuis 2001, il est respecté dans tout le canton, tous partis confondus. «Il faudrait être malhonnête pour dire qu’il n’est pas bon, même s’il est plus gestionnaire que visionnaire», estime un député socialiste. Avant 2001, Maurice Ropraz était avocat et député.

Son aura cantonale devrait lui attirer de nombreux suffrages, à droite comme à gauche. Il pourrait pâtir de la candidature d’Albert Bachmann, qui a claqué la porte du Parti libéral-radical. Si une entrée au gouvernement au premier tour est difficile, Maurice Ropraz peut obtenir davantage de voix que certains conseillers d’Etat sortants. Le but de son parti est de sauvegarder le siège du ministre des Finances Claude Lässer, qui quitte le gouvernement après 15 ans.

Construire des parkings d’échange

Depuis 10 ans, il a favorisé le développement de la Gruyère, tout en poussant à transformer la politique régionale d’aménagement du territoire. Le nombre de communes de la Gruyère est passé de 41 à 26, tandis que plusieurs collaborations se sont mises en place, notamment dans le tourisme et les transports publics. Il a aussi contribué à faire cesser le trafic de drogue et la violence à Bulle.

Pour son programme, Maurice Ropraz mise sur la sécurité. Fermeté, clarté, prévention et tolérance, explique-t-il. «Il faut travailler davantage en réseau, avec la police, les juges, les directeurs d’école, les organisations pour les jeunes et les communautés étrangères.»

Autre thème la mobilité: il veut entre autres améliorer la desserte régionale et favoriser les transports en commun grâce à la construction de parkings d’échange. La liberté de concilier vie de famille et vie professionnelle est aussi l’une de ses priorités.

«Le canton doit mieux se mettre en avant»

Pour le développement du canton, il veut mettre l’accent sur la place de Fribourg en Suisse romande. «Le canton doit mieux se mettre en avant, entre Berne et Lausanne. L’organisation intercantonale GGBa n’a pas apporté de résultat concert pour Fribourg jusqu’à ce jour. Fribourg doit intervenir plus rapidement en amont dans la recherche d’entreprises.»