Il sera le premier conseiller d'Etat PDC à accomplir moins de trois mandats. Maurice Tornay ne briguera pas un nouveau mandat au Conseil d'Etat valaisan au printemps 2017. Il aura siégé huit ans au gouvernement et vécu des heures difficiles avec l'affaire Giroud et le Réseau Santé Valais (RSV).

Lire aussi: Pourquoi Maurice Tornay ne se représentera pas

«Ce pilier de notre parti a toujours défendu, au travers de ses divers mandats et avec conviction, les valeurs humaines et chrétiennes chères à notre parti. Nous ne manquerons pas de le soutenir activement dans la poursuite des projets en cours jusqu'à la fin de son mandat, en avril 2017», a communiqué vendredi le PDC du Valais romand (PDCVR).

Maurice Tornay aura 64 ans en 2017 et cumulera alors 28 ans de mandats politiques, au Grand Conseil puis à l'exécutif valaisan. Ces nombreuses années consacrées à la chose publique et l'âge venant justifient aujourd'hui son retrait, indique-t-il dans des entretiens accordés à plusieurs médias valaisans.

Vives polémiques

Les vives polémiques qui ont entouré les dysfonctionnements du RSV et l'affaire Giroud ont affaibli Maurice Tornay. Le conseiller d'Etat indique avoir pris ces crises en considération, mais souligne qu'aucun élément déterminant n'a été au centre de sa décision.

Le fait que Christophe Darbellay ait fait savoir par voie de presse en 2013 déjà qu'il convoitait un siège au Conseil d'Etat valaisan a certes mis une certaine pression et «encouragé à la déstabilisation».

Maurice Tornay se réjouit de l'intérêt du président du PDC suisse sur le départ pour le poste de conseiller d'Etat. Il juge toutefois la manière dont il l'a fait savoir «indécente». Il aurait préféré que Christophe Darbellay lui en parle directement, «par loyauté».

Le Congrès du PDCVR désignera ses candidats au Conseil d'Etat le 12 mai prochain. Pour l'heure, Jacques Melly a annoncé qu'il briguerait un nouveau mandat et Christophe Darbellay sera candidat.