Si l’attentat contre les citernes de Vernier projeté par des membres suisses du groupe Etat islamique a pu être déjoué, de nombreuses zones d’ombre demeurent. Dont une question fondamentale: les différents responsables politiques genevois ont-ils été correctement informés? Dans cet entretien accordé au Temps, Mauro Poggia, chargé du Département de la sécurité du canton de Genève, l’affirme: il n’a pas été mis au courant du projet d’attaque. Ni par son prédécesseur Pierre Maudet, ni par la cheffe de la police genevoise Monica Bonfanti, ni par le Service de renseignement de la Confédération (SRC).

Lire aussi: Comment le pire attentat prévu en Suisse a été déjoué à Genève