Comment sauver la Foire de Genève? C’est la question que se posent les responsables de Palexpo et du canton de Genève après la décision d’annulation communiquée mercredi à la stupeur générale par par la directrice de la manifestation commerciale, Viviane de Witt. Celle-ci a annoncé sur les ondes de Radio Cité - dont elle est également la patronne - que la 57e foire, prévue du 13 au 22 novembre, n’aurait pas lieu. Raisons avancées: « la mauvaise conjoncture, la grippe et le désinvestissement de l’Etat. » Elle reproche à des institutions comme la police, les services industriels et les hôpitaux universitaires d’avoir donné le mauvais exemple en ayant renoncé à leur stand.

Cette annonce semble avoir pris de surprise tant le directeur de Palexpo, pour lequel la foire reste une manifestation phare de la saison, que l’Etat, actionnaire majoritaire de Palexpo. Le conseiller d’Etat François Longchamp, en charge de la Solidarité et de l’Emploi, a qualifié la nouvelle d’ «invraisemblable ». A l’entendre, les arguments de Mme de Witt semblent des excuses plutôt que de vraies raisons: « Il est premièrement faux de dire qu’il y a un retrait de l’Etat, a assuré au Temps le magistrat radical. .Deuxièmement, la morosité économique touche surtout l’industrie d’exportation, alors que le commerce reste plutôt épargné. Quant à la grippe A, aucun autre événement de ce type n’a jusqu’ici été annulé en Europe pour ce motif.» Du reste, la foire internationale Telecom 2009, qui se tient au 5 au 9 octobre à Palexpo, d’une dimension plus importante que la Foire de Genève, est maintenue, ainsi que tous les autres salons, a précisé le conseiller d’Etat, qui a manifesté l’intention d’organiser une « manifestation populaire » aux mêmes dates pour éviter le vide en pleine saison.

Viviane de Witt s’est engagée à rembourser ceux qui ont versé des acomptes. Mais le mal est fait. Christian Mathyss dont la société monte une partie des stands de la Foire chiffre sa perte « à des centaines de milliers de francs. »