Le Mouvement Citoyens genevois (MCG) a décidé de déposer une nouvelle plainte pénale «contre inconnu» auprès du procureur général genevois Olivier Jornot pour des déprédations contre ses affiches électorales. Après deux plaintes déposées par le conseiller administratif d’Onex Eric Stauffer (en son nom et celui du MCG), le parti a constaté que ses affiches avaient été également vandalisées dans d’autres communes, notamment celles de Lancy, Carouge et la Ville de Genève.

Dans sa lettre adressée à la justice genevoise, le MCG déplore que ses affiches soient «systématiquement détériorées, maculées ou arrachées. Certaines ont fait l’objet de dessins ou d’écrits insultants ou déshonorants», ajoute Roger Golay, conseiller national et président du parti. Les sommes perdues se comptent en «dizaines de milliers de francs», estime ce dernier, ajoutant: «Le prix de certains emplacements d’affichage peut avoisiner les 1500 francs par semaine.»

Deux agents de sécurité privée mandatés

Réuni mardi soir, le bureau directeur du parti a décidé de mandater une entreprise de sécurité privée pour la surveillance de ses affiches. Il a planifié de consacrer un budget compris entre 2000 et 3000 francs (soit deux agents) à ce dessein. Si le conseiller municipal Carlos Medeiros proposait originellement d’engager des chômeurs pour effectuer ces tâches de surveillance, le bureau ne l’a pas entendu de la même oreille. «Il ne faut pas créer des milices», ont rétorqué en chœur Eric Stauffer et Roger Golay, estimant que «c’était trop dangereux».

Selon le secrétaire général du Mouvement Citoyens genevois, François Baertschi, le parti aurait engagé près de 200 000 francs dans ses campagnes d’affiches pour les élections municipales genevoises.