finances publiques

Des menaces planent sur le confort financier vaudois

Malgré des charges en hausse, le canton de Vaud clôt ses comptes 2014 l’exercice avec une marge de manoeuvre de 600 millions. Pas question pour autant d’anticiper la baisse de l’impôt sur les entreprises ou d’alléger les personnes physiques: les revenus stagnent

Les comptes 2014 permettent à l’Etat de Vaud de continuer à vivre sur le train confortable qui est le sien depuis quelques années. L’excédent de revenus n’est que de 700 000 francs, sur un budget de 9,5 milliards, mais l’exercice permet de dégager 600 millions pour la recapitalisation de la caisse de pensions de l’Etat, des amortissements non planifiés et de préfinancement d’investissements tenus pour prioritaires.

Les comptes vaudois sont positifs pour la 10ème année consécutive et permettent depuis quelques années de réserver des montants importants aux «écritures de bouclement». Dans les premières années du redressement, piorité avait été donnée au désendettement. La dette vaudoise remonte pour la première fois, de 475 à 575 millions de francs, mais la charge d’intérêt ne représente plus que 2 millions de francs par an.

Pas de baisse pour les entreprises

Pour autant, le Conseil d’Etat vaudois ne se montre guère pressé d’alléger la pression fiscale. Ainsi, il n’entend pas anticiper la baisse pour les personnes morales envisagées dans le cadre de la réforme fédérale sur la fiscalité des entreprises (RIE III), tant que le cadre fédéral de celle-ci n’est pas fixé. L’introduire par phases? La question est ouverte, répond Pascal Broulis, le chef du Département des finances, et en cours de discussions avec les milieux économiques.

Sur le plan des personnes physiques, qui sont également fortement taxées dans le canton, le gouvernement vaudois n’envisage pas de baisse générale. Mais un pendant au «cadeau» consenti pour les entreprises est envisagé, sous forme d’une diminution de l’impôt sur la valeur locative ou de déductions pour l’assurance maladie. Autant d’éléments placés dans un «cadre général» qui reste à définir.

Hausse des charges

Avec un exercice 2014 marqué par une augmentation des charges de 3,7%, la création de 314 nouveaux postes, un volant d’investissement de 300 millions, des dépenses publiques par habitant qui placent le canton dans le peloton de tête et des fonctionnaires qui sont parmi les derniers du pays à bénéficier des automatismes salariaux, Vaud maintient le syle de vie auquel il est habitué.

Mais une menace plane sur ce confort: les revenus stagnent. Comptes à comptes, l’impôt sur le revenu n’augmente que de 1,1%, tandis que les impôts sur les personnes morales et les impôts conjoncturels sont en légère baisse.Au total, les revenus fiscaux n’augmentent que de 0,3%. «Avec cela, on ne pourra pas augmenter les charges de 3,7% par an pendant longtemps», avertit Pascal Broulis. Qui a calculé: «Pour faire passer un message, il faut le répéter neuf fois».

Publicité