On attendait un simple toilettage, on a droit à un nettoyage de printemps. L'attribution des dicastères au sein de l'exécutif de la Ville de Neuchâtel suite aux élections communales du 27 avril induit une importante réorganisation des tâches. Avec une surprise: le nouveau venu libéral Alain Ribaux récupère les Finances et le Développement économique, jusqu'ici détenus par la socialiste Françoise Jeanneret.

Cette réorganisation est liée à l'allégement des tâches communales induit par le désenchevêtrement des tâches entre les communes et le canton. Des domaines comme les hôpitaux, le secondaire 2 et la police ont été partiellement ou totalement cantonalisés. Les Services industriels ont été réunis dans une société anonyme commune aux Villes de Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds et Le Locle. Avec le développement du Réseau urbain neuchâtelois (RUN), la politique d'agglomération a pris une importance qu'elle n'avait pas il y a quatre ans.

Le nouvel exécutif à majorité de gauche a profité de l'occasion pour réunir des services dans une logique de complémentarité. Valérie Garbani prend en charge le nouveau dicastère de l'Environnement, des transports et du développement durable. L'Urbanisme, qu'elle détenait déjà, est complété par les Forêts et domaines. La socialiste doit en outre coordonner les actions du Conseil communal en matière de développement durable.

Pascal Sandoz, nouveau président

Dans une volonté de rééquilibrage, Valérie Garbani cède les Affaires culturelles. Elles sont reprises par sa collègue de parti Françoise Jeanneret, qui prend en charge les Sports, la culture et le tourisme. L'ancienne grande argentière considère que c'est «le bon moment de changer», avec un ménage communal qui a retrouvé les chiffres noirs.

Alain Ribaux, qui succède à Antoine Grandjean, prend en charge le dicastère des Finances, des ressources humaines et du développement économique. Nouveau président de la Ville, le radical Pascal Sandoz hérite d'un dicastère très dense, avec la Sécurité, infrastructures et énergies, et politique d'agglomération. Daniel Perdrizat est le moins touché par la réorganisation. L'élu de Solidarités garde les Affaires sociales, la jeunesse et l'intégration. Il perd les Forêts et domaines et récupère le domaine Santé, fortement allégé.