Voilà novembre et sa nuit, qui recouvre déjà comme une froide cape d’ennui l’élection prochaine du nouveau gouvernement vaudois. Bien sûr, d’ici au printemps, un rien d’animation, par exemple née du jugement populaire des deux ans de crise sanitaire, pourrait valoir un rien de lumière. Mais de bataille pour les sièges, de volonté d’en gagner, d’en renverser, les stratégies des différents partis n’en portent pas la moindre trace ni volonté. Des assemblées prudentes, ou qui ont préféré défendre une situation qu’en rêver une neuve, tout concourt au futur statu quo. Trois PLR, faut-il le rappeler, sont candidats: Christelle Luisier, Isabelle Moret et Frédéric Borloz; face à un ticket commun de gauche: les trois ministres socialistes sortantes Nuria Gorrite, Cesla Amarelle et Rebecca Ruiz, accompagnées du Vert Vassilis Venizelos.