En Suisse, le modèle familial le plus répandu est composé d'un homme et d'une femme, mariés, avec deux enfants. Mais les choses changent. Notre série explore, en cinq portraits, l'évolution des familles helvétiques.

Au milieu de la trentaine, Marina Belobrovaja dresse ce constat: il n’y a personne, autour d’elle, avec qui elle peut imaginer fonder une famille. «Mes histoires d’amour étaient fugaces. Mon existence précaire. Jusqu’ici, les études, puis le travail, avaient occupé mes jours et mes nuits», raconte l’actuelle enseignante en art à la Haute Ecole de Lucerne.

D’aussi loin qu’elle se souvienne, pourtant, elle souhaite devenir mère. «J’avais envie de vivre une relation avec un enfant et je ne voulais pas que ma situation, ni la biologie, ne dictent mes choix de vie.» Alors, elle décide de concevoir un enfant seule, en faisant appel à un donneur.