Meret Schneider ne prend pas l’avion, n’a pas le permis de conduire et ne mange pas de produits d’origine animale – à moins qu’ils ne soient destinés à être brûlés. La majeure partie de sa garde-robe est de deuxième main, elle habite un petit studio et, dans un reportage tourné en 2018 par la SRF, elle signifiait son engagement contre le gaspillage alimentaire en débusquant des aliments consommables dans les poubelles de l’arrière-cour d’une grande surface. Dont elle sortait trois poivrons encore emballés.

Lire aussi: L’initiative pour l’interdiction de l’expérimentation animale rejetée par tous les partis au National