A la veille de la votation sur l’initiative Ecopop «Halte à la surpopulation», le Conseil fédéral a pris deux mesures homéopathiques pour inciter les entreprises à mettre à profit le potentiel de main-d’œuvre indigène. La première concerne les contingents de main-d’œuvre en provenance de pays tiers, donc hors UE et hors AELE, qui ne sont que marginalement impliqués dans la poussée migratoire. Et la seconde, les prestataires de service provenant de l’UE, mais qui ne peuvent bénéficier de l’accord sur la libre circulation. Rappelons qu’à la fin de 2013 le bilan migratoire en Suisse était de + 89 500 personnes.

S’agissant des pays tiers, les contingents de séjour (permis B) ou de courte durée (permis L) concernant les personnes hautement qualifiées seront réduits de 1000 unités chacun, soit 4000 permis L au lieu de 5000 et 2500 permis B au lieu de 3500. Pour les prestataires de services issus de l’UE et de l’AELE mais non concernés par l’accord sur la libre circulation, les permis passent de 3000 à 2000.