Justice

Meurtre en famille sur les hauts de Vevey

Un octogénaire est accusé d’avoir assassiné son épouse fortunée avec la participation active de leur fille. Le corps a été gardé quatre jours dans la propriété avant d’être jeté dans un ravin. Récit d’une affaire qui garde une part de mystère

C’est une de ces affaires criminelles, en forme de lugubre désastre familial, dont l’Est vaudois a le secret. Cette fois-ci, un octogénaire est accusé d’avoir planifié le meurtre d’une épouse acariâtre et presque millionnaire. L’originalité du macabre scénario tient au rôle joué par Diane, la fille du couple. Selon l’accusation, celle-ci a activement participé à l’agression violente de sa mère. Selon la défense, elle s’est contentée d’aider son père René à cacher le corps dans un réservoir à eau avant d’aller le jeter dans un ravin boisé. L’expert psychiatre, dont l’audition anticipée a donné ce jeudi le coup d’envoi du procès, décrit des relations toxiques et des personnalités plutôt instables.

Il y a moins de deux ans, ce même Tribunal criminel de l'Est vaudois jugeait la mise à mort d’un retraité de Villeneuve par sa fille et son petit-fils. Un dossier singulier fait de cupidité, de rancœur et de fureur. Il y a plus d’une décennie, c’était la retentissante affaire Légeret, dite du triple homicide de Vevey, celle où un fils était condamné pour avoir tué sa mère adoptive dans un accès de colère, massacré l’amie de celle-ci pour se débarrasser d’un témoin gênant et sacrifié sa sœur Marie-José pour lui faire porter le chapeau. Le corps de cette dernière n’a jamais été retrouvé.