Jean-Pierre Garbade, avocat genevois, a choisi de défendre les employés domestiques exploités par des diplomates à Genève. Il vient de se saisir du cas tragique d'une Philippine de 30 ans, tombée du cinquième étage d'un immeuble à Meyrin, en tentant d'échapper à son employeur, une diplomate de son pays. Sa cliente est sortie par la fenêtre en utilisant quelques vêtements noués en guise de corde. Mais l'un des tissus s'est déchiré, provoquant la chute. C'était le 5 décembre 2000. Depuis, en convalescence dans un hôpital genevois, l'employée de maison se remet de ses multiples fractures. Sans assurance accident, elle ne peut toucher ni indemnités de perte de gain, ni rente invalidité.

«Enfermée à clef, elle est passée par la fenêtre de désespoir, raconte Jean-Pierre Garbade. Son employeur voulait la renvoyer de force dans son pays, car ma cliente s'était plainte de ses conditions de travail. Elle travaillait 7 jours sur 7 depuis septembre 1998 et, hormis 1900 dollars envoyés à sa mère, n'avait reçu aucun salaire.»

Plainte pénale

L'avocat genevois ne rencontre la Philippine que le 2 février. Le lendemain, il écrit à la Mission permanente des Philippines à Genève pour rencontrer l'ex-employeur de sa cliente. Le 9 février, la Mission l'informe que la diplomate a été relevée de ses fonctions et a quitté la Suisse quatre jours plus tôt. Jean-Pierre Garbade s'étonne de cette coïncidence. Selon le consul des Philippines à Genève, la lettre de l'avocat n'a rien précipité. La décision avait déjà été prise par Manille qui préfère rappeler celui de ses représentants impliqué dans un incident», déclare Sima Franca.

L'employée philippine a déposé une plainte pénale. Jean-Pierre Garbade soupçonne la justice genevoise d'être un peu frileuse face aux affaires qui touchent la sphère diplomatique. «Ma cliente n'a toujours pas été interrogée par la police, déplore l'avocat. Il faut que la justice adopte une position ferme afin de dissuader ceux qui pratiquent cette forme d'esclavage, sous prétexte qu'ils bénéficient d'une immunité diplomatique.»