L’issue du vote semble déjà connue, tant les sondages sont clairs. Le 26 septembre, le peuple suisse devrait accepter la modification du Code civil, permettant l’union de deux personnes de même sexe. Le mariage pour tous n’est pas imaginable pour les opposants au texte, qui défendent une vision traditionnelle du mariage, comme étant l’union entre un homme et une femme au nom du bien-être des enfants. Evêque du diocèse de Sion, Monseigneur Jean-Marie Lovey partage ce point de vue. Interview.

Notre éditoriai: Le «mariage pour tous» révèle une Suisse ouverte